AccueilS'enregistrerConnexion
Le festival de Yüle revient du 22 février au 5 mars.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 BG Hors Série d'Orri n°4 : Une rencontre inattendue

Aller en bas 
AuteurMessage
Lizeth

avatar

Messages : 938
Date d'inscription : 14/01/2016
Age : 29
Localisation : Clamart

MessageSujet: BG Hors Série d'Orri n°4 : Une rencontre inattendue   Lun 22 Jan - 13:23

BGSO 4 : Une rencontre inattendue
par Orriath Aryndion

Un hurlement de loup résonna au loin, dans la forêt. Un silence inquiétant régnait sur les berges de l'Anduin. Le camp Malledhrim d'Echad Sirion était totalement désert...

Depuis huit jours, Irileith et moi-même étions partis du Val de l'Anduin vers Caras Galadhon. Nous avions mis alors quatre jours pour suivre le cours du Grand Fleuve jusqu'à Cerin Amroth. Là, nous avons été accueillis par une troupe d'Elfes envoyée par Galadriel. Ils nous avaient montrés des chambres plus que confortables pour des voyageurs tels que nous, près de l'Arbre. Le lendemain soir, la Dame de la Lorien nous avait invités à sa table, pour le dîner. Elle nous avait raconté ce qu'il était advenu de notre ancienne confrérie. Après cela, elle m'avait invité à regarder dans son miroir magique où j'y avais vu un songe des plus terrifiants. Ce fut après cela que nous décidâmes de partir rejoindre les Cavaliers Solidaires, nos amis. Nous étions ainsi partis hier matin vers la Forêt Noire, là où notre fin nous attendait sûrement...




Nous longions les parois rocheuses des hautes collines pour éviter de nous faire apercevoir par les nombreux camps orques le long de la route vers Dol Guldur. Aucun signe d'un quelconque soldat Malledhrim, à croire que la présence des Elfes sur la berge Est de l'Anduin était révolue. A chaque fois que nous passions près d'un camp orque, nous sentions une activité anormale. Quelque chose se préparait dans la Forêt Noire et dans toute la Terre du Milieu.

Nous entrâmes dans un bois sombre. L'atmosphère nous étouffait dans ces ténèbres. Les pins mesuraient des dizaines de mètres et étaient si larges que dix personnes auraient pu danser la ronde autour. Ces arbres ancestraux étaient espacés de plusieurs dizaines de mètres, ce qui nous permettait de voir de quelconques ennemis alentours. Nous marchâmes dans ce bois inquiétant pendant une bonne heure avant de tomber sur une petite clairière où un peu d'herbe avait pu pousser. Cette dernière était, en fait, une cuvette au bord d'une falaise abrupte. Quelque chose attira mon attention au pied de la roche. Un tas de bûches finissait de se consumer tranquillement dans un amas de cendres où quelques braises luttaient encore contre l'étouffement. L'occupant de ce lieu venait de le quitter ou bien il était encore là... Cette cuvette faisait un piège parfait, mais je ne l'avais compris que trop tard.

Je me retournai pour avertir Irileith de ne pas s'approcher mais mon corps fut soudainement figé sur place. De la glace venant du sol m'immobilisa totalement. Irileith subit le même sort. Un homme encapuchonné sortit de sa cachette, derrière un énorme sapin. Cet homme, ou cette femme, s'approcha de nous. Il portait une grosse sacoche de cuir le long de sa jambe droite et tenait une sorte de pierre runique dans la main gauche. Il avait une allure masculine, mais simple. Peut-être était-ce un Elfe. Il s'arrêta à quelques pas de moi. Sa capuche ne me laissait pas voir son  visage. Je pensai alors que c'était ce Gologmolva, dont avait parlé Rosalynd, qui était venue nous tuer. Notre agresseur souleva son épaisse capuche. Mon grand étonnement fut de reconnaître un visage que je connaissais depuis longtemps.


- Orri ??! s'étonna Legalus.

***

- Tu vas rester ici Legalus, lui ordonna Galaenthir avec son calme imperturbable.
- Mais Orchys m'a dit que je devais vous accompagner là où vous iriez ! s'offusqua-t-il.

Le chef des Cavaliers Solitaires planta ses yeux dans ceux du jeune Gardien des Runes qui finit par baisser la tête.

- Bien... chef... obéit-il difficilement.

Galaenthir commença l'ascension de la pente qui montait vers les hauts pics des Monts Brumeux. Comme si la montée ne suffisait pas, une épaisse couche de neige ralentissait sa marche. L'air pur de la montagne envahissait ses poumons à chacun de ses pas. Le vent glacial dû à l'altitude se glissait entre ses vêtements et le faisait frissonner. Une vue magnifique s'offrait pourtant à ses yeux. Les montagne s'étendaient à perte de vue dans toutes les directions. Galaenthir arriva, après une dizaine de minutes, sur un petit plateau. Un large torrent coulait rapidement le long de celui-ci avant de se jeter bruyamment au pied de la montagne. La route vers les sommets se rétrécissait, ne laissant le passage qu'à trois hommes, dussent-ils se tenir côte à côte. Galaenthir s'arrêta quelques instants pour reprendre son souffle. Il repartit, déterminé.

- Bonjour Galaenthir, l'interpella une voix sortant d'un rocher.

Le Champion interrompit brusquement sa marche.

- Kintyra... répondit-il à la voix féminine du rocher.

Il se retourna vers l'Elfe qui était sortie de sa cachette. Elle se tenait debout, à une bonne dizaine de mètres de son ancien chef. Ses cheveux blonds foncés volaient au gré du vent glacial de la région. Son luth, enveloppé dans une couverture pour le protéger, était solidement harnaché dans son dos. Sa dague au fourreau pendait à sa ceinture. Ses mains étaient vides. Elle ne montrait aucun signe de violence.

- Je savais que vous viendriez, finit-elle par dire.

Le chef stoïque des Cavaliers Solitaires ne bougea pas le moindre orteil et contnua d'observer la traitresse pour savoir s'il y avait un danger.

- Mon père sera content que vous mourriez, cela fera un ennemi de moins qui pourrait l'empêcher de mener à bien ses plans.

Galaenthir fronça les sourcils.

- Si vous mourrez, et vous allez mourir, l'avenir des Cavaliers sera incertain. Ils se sépareront, chacun retournera chez lui, à ses petites habitudes. Ils ne se soucieront en rien d'une affaire de famille plus qu'étrange...

Le chef expérimenté baissa la tête. Il savait très bien que sans un commandement autoritaire et soucieux du bien de tous les membres, une confrérie n'irait pas loin...

- Pourquoi nous avez-vous trahis ? demanda-t-il.

Kintyra éclata d'un rire narquois.

- Je ne vous ai jamais trahis, je n'ai jamais été entièrement de votre côté !

Galaenthir s'en doutait, mais maintenant c'était clair.

- Je vois... mais alors qui est votre père ?

L'Elfe s'arrêta brusquement de rire et dévisagea l'homme qui se trouvait face à elle. Elle fit quelques pas vers ce dernier. Le vent s'était totalement tu devant ces deux personnages impressionnants. Elle arriva à sa hauteur.

- Voyez-vous, dit-elle en faisant le tour du Champion immobile, mon père est une pièce plus qu'importante dans l'échiquier mondial. Il oeuvre depuis longtemps à la mise en place d'un plan qui le rendra sûrement aussi puissant que le Seigneur Ténébreux. A eux deux, ils asserviront tous les peuples usurpateurs de ce monde, la race des Hommes en particulier. A eux deux, ils gouverneront le monde et iront jusqu'aux Terres de l'Ouest, là où la Mort ne nous atteint pas...
- On ne marchande pas avec le Seigneur Ténébreux ! Il n'accepterait pas un égal, quel qu'il fut !

Kintyra s'arrêta face à Galaenthir, le visage plein de haine.

- Alors il vaincra Sauron lui-même ! s'écria-t-elle en le prenant par la mâchoire.

Elle le lâcha et lui tourna le dos. Elle fit quelques pas en se dirigeant vers la falaise creusée par la rivière, dans le dos de Galaenthir.

- De toute façon, vous allez mourir, cela ne sert à rien de tergiverser davantage ! dit-elle en ayant repris son calme.
- Je ne mourrai pas de votre main ! s'écria le Champion en tirant son épée.
- Oh non, certainement pas ! Vous avez laissé tout le temps qu'il fallait à mes sbires pour bloquer toutes les issues possibles.

Galaenthir, affolé, regarda tout autour de lui... La route vers les sommets des Monts Brumeux était bloquée par plusieurs immenses trolls armés de longs sabres et portant une armure sur tout leur corps. Une petite vingtaine d'Orques s'excitaient autour d'eux à l'idée de tuer cet homme seul. Galaenthir saisit fermement son arme, près à affronter ces monstres. Une douleur froide le prit soudainement au côté gauche, une douleur atroce qui le tétanisa. Il essaya de se retourner mais s'écroula à genoux dans la neige.

- Bon courage mon champion ! lui dit Kintyra en partant, une aura verte l'entourant et la protégeant.

Sa dague n'était plus dans son fourreau mais dans le dos de Galaenthir. Elle était plantée jusqu'à la garde, là où la mort serait longue et douloureuse. Kintyra recula dans un rire satisfait et vengeur. Elle fit alors signe aux Orques de venir se régaler de cette chair fraîche. Ils hurlèrent et foncèrent sur le Champion à terre, blessé. Le combat était certes inéquitable,  Galaenthir se releva malgré sa blessure, prêt à affronter la mort en face. L'arme à la main, il se positionna face à ces nombreux ennemis qui arrivaient en courant. Les Orques étaient sur le Champion.

Une première giclée noire éclaboussa le sol blanc. La première tête tombait que déjà un autre Orque s'effondrait, transpercé par la lame du Champion. Aucune arme ennemie n'arrêta la puissance du fléau qui s'abattait sur eux. Malgré sa blessure, Galaenthir parait les coups de son arme, ou les évitait par un habile déplacement, virevoltait face à la lenteur de ses ennemis, transperçait tout ce qui bougeait et décapitait ses ennemis pourtant trop nombreux pour lui. Il reçut plusieurs blessures qui l'affaiblirent. Il se jeta sur un Orque qui se tenait à l'extérieur de sa troupe. Après avoir paré son coup, Galaenthir enfonça au plus profond son épée dans l'abdomen de l'ennemi. La troupe Orque avait déjà perdu plus de la moitié de son effectif de départ. Rien n'arrêtait la rage du Champion déterminé à vaincre la Mort elle-même, et qui en avait oublié sa blessure et la dague, toujours plantée dans son dos.

Galaenthir ramassa une lance qu'il jeta avec une force immense sur un Orque qui arrivait sur lui. Cette dernière lui transperça la tête, lui faisant sortir la cervelle par derrière. Il s'approcha d'un Orque qui doutait de sa force face à ce titan. Sans attendre que ce dernier ne bouge, il lui planta son épée meurtrière dans la bouche, lui embrochant la tête. Petit à petit, les Orques reculèrent face à ce colosse imbattable. Certains, même repartirent auprès des trolls, de peur. Si bien qu'il ne resta plus que deux Orques pour faire face au Champion.

Galaenthir aperçut Kintyra assise en tailleur en haut d'un rocher, occupée à se moquer du Champion, à rire de lui. Les deux Orques restant foncèrent sur lui et il se ressaisit instantanément. Il se baissa pour éviter une lame à la hauteur de sa gorge. A terre, il en profita pour trancher la jambe d'un des deux Orques qui s'écroula quelques mètres plus loin. Le deuxième revint à la charge. Son attaque fut rapide mais pas assez pour atteindre le Champion. Les deux lames se bloquèrent l'une contre l'autre. Galaenthir joua sur la résistance de l'Orque. Il lui enfonça doucement sa lame dans la gorge. L'Orque tomba sans vie. Le Champion s'approcha du dernier Orque, celui dont il avait coupé la jambe. Il lui enfonça son épée dans le bras qui essayait d'attraper une arme. Il retira la dague de Kintyra en grimaçant de douleur et il la planta délicatement dans la tête de l'Orque, en passant par le dessous de sa mâchoire. Le dernier Orque du groupe mourut en déversant une grande quantité de liquide noir de sa bouche. Galaenthir se releva, essoufflé et blessé.

La terre trembla soudain sous ses pieds. Six immenses Trolls s'approchaient du Champion épuisé de son premier combat. Il ne voulait pas mourir aussi simplement, entre autre par la main d'une traitresse. Mais là, la mort était évidente, à moins qu'un miracle ne se fit. Galaenthir se repositionna face à ses ennemis se rapprochant lentement, sachant bien que leur première attaque serait fatale. Ils étaient regroupés, tous les uns à côté des autres, ce qui facilitait l'utilisation d'une compétence de dégâts sur une grande zone...

Soudain, un éperon rocheux surgit du sol, lançant des flammes tout autour de lui, au milieu du groupe des Trolls. Des éclairs apparurent de nulle part et allèrent les frapper de plein fouet. Une épaisse brume se forma autour des Trolls qui se dissipa peu à peu. Ils avaient tous été grillés et foudroyés, et pas un seul n'avait survécu...

Kintyra, en voyant ce carnage, sursauta et s'écria:


- Quoi ??! Co... comment est-ce possible ??!

Legalus sortit de sa cachette.

- Ah... je vois... reprit la Ménestrelle, vous avez pris votre petit chien avec vous !

Galaenthir, tout aussi étonné que Kintyra sur ce qu'il venait de se passer, dévisagea le Gardien des Runes dont il devait la vie.

- Ne vous en faites pas, chef, lui sourit Legalus, fier de lui.
- Merci ! lui répondit son chef.
- Attendez ! Ne croyez pas que vous vous en sortirez aussi facilement ! s'écria Kintyra, folle de rage.
- Arrête donc tes caprices, vilaine fille, commença Legalus, et descends tout d...

Un hurlement terrifiant coupa la parole au Gardien des Runes. Une silhouette se dessina dans la brume. Haute d'au moins quatre mètres, elle apparut petit à petit. Un Gauradan colossal se montra. Il avait une peau rouge écarlate couverte d'une immense couverture faite avec des centaines de peaux d'animaux : des ours, des loups... Il portait des haillons troués de toutes parts, sous la couverture qui lui servait de cape. A sa ceinture, pendait un carquois de la taille d'un grand Nain. Ce dernier était rempli de piques mortelles...

Kintyra sourit, elle avait retrouvé son calme.


- Bon courage, les garçons! Vous allez avoir la chance d'être servis en entrée pour mon petit dernier.

Elle sauta de son rocher et disparut dans la neige. Legalus et Galaenthir se regardèrent, inquiets.

- Bon... commença le Gardien des Runes.

La Menace Gauradane rugit de nouveau. Elle prit l'une des nombreuses piques qu'elle avait dans son carquois. Legalus regarda son chef pour lui demander comment ils allaient procéder. Il vit alors que ce dernier était à terre, la main sur sa blessure dorsale. Il s'approcha de lui pour l'aider mais la menace jeta sa lance sur lui. Le jeune Gardien des Runes se jeta alors devant son chef en créant une bulle de protection. Le contact des deux provoqua une explosion qui projeta Legalus à une dizaine de mètres en arrière. Il roula encore sur quelques mètres. Il roula trop... et tomba dans le vide.

***

- C'est terrible, mais alors, comment es-tu arrivé jusqu'ici, et en pleine forme ? demandai-je à Legalus, qui chevauchait à mes côtés.
- Je suis tombé dans la rivière glaciale, ce qui m'a fait perdre connaissance. Je me suis réveillé quelques jours plus tard, dans une petite maison au bord de l'Anduin. Grimbeorn qui rentrait au Val m'avait aperçu et il m'avait ramené chez lui, au sud du Carrock. Il m'avait soigné et m'avait ensuite raconté différents événements qui s'étaient passés au Val, notamment le combat entre Irileith et Belariforg, dans lequel tu es intervenu à mains nues. Après, il m'a conseillé de rejoindre les membres de la nouvelle confrérie.
- Je vois... lui répondis-je.

Nous chevauchions depuis deux bonnes heures sur le bord d'une route dont une grande partie des dalles avaient disparues. Nous avions quitté la forêt haute et ténébreuse pour un bois bien plus étouffant et dont les arbres ne mesuraient pas plus de 3 mètres. Nous avions traversé des ruines d'anciennes forteresses Elfes, du temps où la Forêt était pure et exempte de tout mal qui la hante aujourd'hui. Legalus nous avait raconté son histoire, et nous, la nôtre. Par chance, aucun ennemi ne nous était tombé dessus.

- Ah ! Enfin ! finit par dire Legalus, après encore une bonne heure.
- Que se passe-t-il ? m'étonnai-je.

Il me montra le toit d'une grande chaumière dont la cheminée crachait de la fumée blanche. Un peu plus tard, des soldats Malledhrims nous laissèrent passer et deux jeunes Elfes prirent nos montures. Nous arrivâmes devant la porte de l'auberge qui était ouverte.

- O... Oui ?! Legalus ??! s'étonna Orchysdal, stupéfaite de notre arrivée.
- Bonjour les amis ! s'écria Legalus.
- Legalus ??! s'écria Eljoying en bondissant de sa chaise à bascule.
- Ravi de vous revoir tous les trois ! s'exclama Amynduilas, le sourire montant jusqu'aux oreilles.

Tous les Cavaliers Solidaires laissèrent tomber leurs occupations pour nous sauter dans les bras. La joie était à son comble en ce moment sombre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.helene-jacquin.toile-libre.org
Cellebiel

avatar

Messages : 428
Date d'inscription : 08/06/2016
Age : 27
Localisation : En bord de mer

MessageSujet: Re: BG Hors Série d'Orri n°4 : Une rencontre inattendue   Lun 22 Jan - 19:47

Beau BG, bravo !
Un petit aperçu de ce qui se passe pendant que Liz est un peu plus loin, j'aime bien ces retours en arrières :)

Cellebiel
Revenir en haut Aller en bas
 
BG Hors Série d'Orri n°4 : Une rencontre inattendue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Background et Role Play :: Background-
Sauter vers: